Histoire

La municipalité souhaite de bonnes vacances à tous ses administrés ; retrouvez toutes nos festivités en rubrique actualités ou sur notre page Facebook

historique

distroff-chateau


historique

Commune du canton de Metzervisse, Distroff apparaît dans les textes dès 1224 sous le nom de Thiesdorf, d'un nom d'homme germanique Thieko et du germanique dorf.

UN PEU D'HISTOIRE...
Il est établi que Distroff existait dès l'époque romaine.
En 936 l'Eglise de Trèves céda le domaine de Distroff, "villa Théodorica" à Ada, fille de Folrad, nièce de Roger, évêque de Trèves mais dû abandonner le domaine qu'elle possédait à Marienthal près de Sierck.
La famille portant le nom de Distroff apparait pour la première fois en 1224 avec Eustache de Distroff.

La seigneurie de Distroff s'étendait au sud du comté du Luxembourg et comprenait de vastes domaines s'étendant sur les communes de KUNTZIG, STUCKANGE, HECKLING (détruit en 1631 à la guerre de TRENTE ANS), METZERVISSE et VOLSTROFF. Situés de part et d'autre de la Bibiche, ces villages constituaient le centre de la seigneurie avec des propriétés excentrées telles RURANGE, DRIEVAL (village disparu sur le ban d'ENNERY), KOENIGSMAKER vendue aux comtes de LUXEMBOURG en 1370, MANCY près de LUTTANGE, MONDELANGE et AY.

Les armoiries de couleur rouge, symboles du blason des Hollenfels, furent créées en souvenir du mariage de Nicolas de Distroff avec Elisabeth de Hollenfels en l'an de grâce 1230.
Le château de la seigneurie est mentionné pour la première fois en 1309, près de la vigne et de la parcelle appelée encore aujourd'hui "derrière le château". Il était donc déjà situé en lieu et place de celui qui fut rasé en1985
En 1495 Georges de Schiffeldange, sous-prévost de Thionville acquit la seigneurie après la disparition de la famille Distroff. Le domaine fut rapidement morcelé.
distroff-chateauJean-Baptiste Pantaléon Durand, avocat au parlement de Metz, décida de reconstituer l'intégralité du domaine.
Sous son règne le château fut relevé en conservant 3 des 4 tours initiales.

Après la révolution, le village se développa tout au long du XIXe siècle.

Après l'annexion allemande en 1871 et l'effort d'industrialisation de l'occupant, le visage de la commune se transforma radicalement.
Une usine de ciment fut créée en 1891 ainsi qu'un site moderne de fabrication de chaux en 1893 (usine LOTHRINGER Portland-Cement-Werke, société DINGLER UND SCHWEISTER de Cologne).